Le texte que nous devrions tous avoir lu au moins une fois

Parce qu’animer la vie sociale n’est pas une lubie mais un projet, avec des règles et des critères d’évaluation. Parce que tous les 4 ans, nous signons une convention avec la caisse d’allocations familiales. Parce que notre fédération nationale a contribué à l’écriture de ce document.
Nous devrions tous connaître le texte de référence publié par la caisse nationale d’allocations familiales en 2012. Mais voilà. Le document fait 25 pages sans les annexes. La compréhension en est ardue. Alors comme on prend soin de vous, on l’a lu et on l’a résumé. Prenez 5 minutes, ça vaut le coup.

Pourquoi la branche famille de la sécurité sociale s’intéresse t-elle à l’animation de la vie sociale ?

- parce que la société évolue : la famille se compose, se décompose, le travail est loin du domicile, la population vieillie, les villes s’étendent. Cela a des conséquences sur le fait de vivre ensemble en famille, auprès de ses voisins.
- les familles souhaitent donc des lieux près de chez elles qui leur proposent des activités et services.
- les centres sociaux ayant une vocation sociale, ils peuvent intervenir sur le cadre de vie des familles ; ils sont relais entre les caf et les habitants ; ils contribuent à la mise en place des politiques familiales de la sécurité sociale.

Avec qui la branche famille peut elle mettre en place l’animation de la vie sociale ?

Elle s’appuie sur des organisations comme les centres socioculturels ou les espaces de vie sociale . Dans les Deux-Sèvres, il y a 21 centres socioculturels et 2 espaces de vie sociale : la Maison Pour Tous de Châtillon sur Thouet et La Colporteuse. Ces 23 associations sont toutes très différentes les unes des autres. Les activités et services qu’elles mettent en place avec les habitants sont très spécifiques à leur territoire, à leur capacité d’intervention, au champ d’intervention développés.
Pourtant, elles partagent toutes 3 objectifs :
- la socialisation des personnes
- le développement des liens sociaux
- le développement de la citoyenneté des usagers
Elles partagent également des valeurs communes :
- la dignité humaine
- la laïcité
- la solidarité
- la démocratie
Elles doivent être
des lieux de proximité qui accueillent toutes la population d’un territoire.
des lieux qui permettent à chacun de s’exprimer et de mettre en place des projets.
Elles doivent répondre aux besoins et attentes personnels des familles et aux questions sociales d’un territoire. Tout ceci doit être consigné par écrit dans le projet social de notre association.

Les centres sociaux ayant plus de moyens et de ressources, ils peuvent accompagner plus particulièrement les familles fragilisées et développer le pouvoir d’agir des habitants. Ils ont également la capacité de travailler en lien avec les autres acteurs sociaux du territoire. Enfin, ils peuvent mettre en place un projet famille afin de soutenir les parents dans leur rôle éducatif.

Le rôle de la CAFdans l’animation de la vie sociale ?

Dans chaque département, la CAF coordonne l’animation de la vie sociale.

Elle a la responsabilité d’établir, d’ici à 2018, un schéma de développement des équipements. Par exemple, elle doit vérifier qu’il n’y a pas de zones blanches où il n’y n’aurait aucune association.
Elle dispose de moyen pour impulser un travail de concertation et de coopération entre les partenaires départementaux.
Elle donne un agrément à chaque association qui dépose un projet social conforme aux attentes. Parmi les éléments essentiels que la caf évalue : le fait d’associer un maximum les habitants et les partenaires locaux pour l’écriture du projet et sa mise en œuvre. La circulaire précise bien les différents niveaux d’engagement (page 16) Elle précise également les différents moments propices à la participation : diagnostic, réalisation, évaluation.
Le projet doit croiser les préoccupations des partenaires qui le financent. Il est complémentaire et reste totalement autonome. L’association doit avoir un directeur diplômé à plein temps pour piloter le projet.
Ce sont les administrateurs de la caf qui agréent le projet de l’association à partir de critères très précis (page 19 de la circulaire).

Par ailleurs, les centres socioculturels entretiennent des relations régulières avec le conseiller technique animation de la vie sociale de la CAF de son département. Il peut accompagner ou soutenir une association qui en aurait besoin à différents moments : écriture du projet, évaluation, moment difficile. Les travailleurs sociaux de la CAF, les conseillères techniques parentalité, peuvent également intervenir dans le cadre de projet spécifiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.